23 novembre 2016

Luis Aranha à l'université : cocktail !

Voix singulière de la génération moderniste de 1922, proche de Mário de Andrade, collaborateur de la fondatrice revue Klaxon, Luís Aranha (1901-1987) — « le taciturne », comme l’écrivit Blaise Cendrars qui ne croyait peut-être pas si bien dire — abandonna toute ambition littéraire vers 1924, définitivement.
Son œuvre — un petit ensemble de 26 poèmes archivés sitôt réunis sous le titre Cocktails — restée à l’état de tapuscrit et promise à l’oubli, amplement commentée par Mário de Andrade en 1932, fut publiée en volume pour la première fois (et dernière ?) en 1984 au Brésil, traduite en français en 2010, puis en espagnol en 2012… Une figure presque parfaite, en somme, de l’inédit et du posthume.
Or voilà que la poésie discrètement incontournable de Luís Aranha fait l’objet d’une thèse universitaire qui promet, enfin, d’en proposer une analyse et une interprétation véritables, nécessaires, attendues.

Soutenance de thèse
en Théorie et Histoire littéraire

Uma leitura de Cocktails
Justaposição de imagens e associação de ideias
na poesia de Luís Aranha

par Júlio Bernardo Machinski

sous la direction de
Maria Eugênia Boaventura

le 24 novembre 2016 à 14h30
à l’Instituto de Estudos da Linguagem
de l’Universidade de Campinas (IEL-Unicamp)

Membres du jury :
Leandro Pasini (UNIFESP)
Ivan Francisco Marques (USP)
Augusto Massi (USP)
Rui Moreira Leite (USP)

Résumé À travers ses poèmes à caractère moderniste, dont le registre lyrique se fonde sur la réélaboration d’emprunts aux expressions poétiques des avant-gardes européennes, Luís Aranha propose une reconstitution dionysiaque et critique, fondée sur l’ironie et l’humour, du processus de transformation du paysage urbain de São Paulo, ainsi que des modes de vie au début du XXe siècle, conséquence du soudain développement technologique de la dite seconde révolution industrielle. À cette fin, le poète a recours, en particulier, aux procédés formels futuristes et cubistes que sont le collage, la rupture syntaxique, la juxtaposition d’images et l’association d’idées. De la sorte, Aranha contribue de manière significative au renouvellement du code littéraire brésilien en un moment de transition entre la poésie post-romantique et la poésie moderniste. Ce travail analyse un ensemble de dix poèmes choisis dans Cocktails, en suivant le dialogue établi par Luís Aranha avec quelques noms de la poésie française moderne, en particulier Rimbaud, Cendrars et Apollinaire. [trad. A. C.]

*

Faute d’être à Campinas pour assister à cet événement, on ira lire ou relire, sans attendre :

Luís Aranha, Cocktails (Poèmes choisis) suivi d’une étude par Mário de Andrade
(éd. & trad. d’Antoine Chareyre, La Nerthe, 2010)
&
la préface de Juan Manuel Bonet à l’édition espagnole de Cocktails, traduite en français ici-même.


Le blog Bois Brésil & Cie se proposera de rendre compte, prochainement, des principaux apports de cette thèse.

4 commentaires:

  1. Merci de m'avoir donné l'occasion de ressortir de ma bibliothèque ce livre de poêmes traduit en français en 2010 et de le redécouvrir avec le même plaisir.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tout le plaisir est pour le traducteur. Merci à vous !

      Supprimer
  2. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
  3. Obrigado, Antoine! Em janeiro, a versão definitiva da tese estará disponível para download. Um abraço.

    RépondreSupprimer